• Un sous-officier du Commando Parachutiste de l’Air n°10 tué au Mali

    Un sergent-chef du Commando Parachutiste de l’Air (CPA) n°10, une unité des forces spéciales de l’armée de l’Air, a été mortellement blessé, ce 29 octobre « au cours d’une opération des forces françaises contre un groupe armé terroriste », a annoncé un communiqué de l’Elysée.

    Le président Hollande « exprime son profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d’une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs ».

     

    « Cette nuit, dans le cadre d’une opération planifiée de lutte contre les mouvements djihadistes au nord Mali, un violent accrochage a opposé dans le massif de Tigharghar la force Barkhane à un important groupe armé terroriste de type AQMI [ndlr, al-Qaïda au Maghreb islamique]. A l’heure où je vous parle, les combats qui se sont déroulés dans la vallée de l’Ametetai viennent à peine de s’achever », avait affirmé, plus tôt, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, à l’Assemblée nationale.

     

    Le militaire mort au combat est le sergent-chef Thomas Dupuy, 32 ans. […]

     

    L’opération évoquée par M. Le Drian était conduite par la Force Barkhane.L’opération évoquée par M. Le Drian était conduite par la Force Barkhane. Héliportée et appuyée par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, elle visait le campement d’une trentaine de terroristes. Les combats ont donc été particulièrement violents, selon le ministère de la Défense. Le sergent-chef Dupuy a été mortellement touché tandis que deux de ses camarades ont été blessés.

    Depuis le lancement des opérations contre les groupes jihadistes, le 11 janvier 2013, 10 militaires français ont perdu la vie au Nord-Mali.

    Engagé dans une opération visant le camp d’un groupe jihadiste dans le massif de Tigharghar, dans le nord du Mali, le sergent-chef Thomas Dupuy, du Commando Parachutiste de l’Air n°10, a mortellement été touché au cours des combats.

     

    Né en 1982 à Toulouse, Thomas Dupuy a 23 ans quand il s’engage en qualité d’élève sous-officier au sein de l’armée de l’Air.

     

    Nommé sergent à l’issue de sa scolarité à l’École des sous-officiers de l’armée de l’air de Rochefort, il rejoint l’Escadron des fusiliers commando de l’Air, à Dijon, pour y suivre sa formation spécialisée. Le 9 octobre 2006, il est affecté au CPA n°30 de Bordeaux-Mérignac, où il sert au groupe Rapace puis à la cellule MASA (mesures actives de sûreté aérienne) en qualité de tireur d’élite. Il intègre ensuite unu module « Personnel Recovery » (Récupération de personnel).

     

    Au début de l’année 2007, il effectue une mission au Togo et assume les responsabilité de chef de poste de commandement de la protection. Deux ans plus tard, il est affecté au CPA n°10 d’Orléans et rejoint le groupe 12C en tant que chuteur opérationnel. Après un déploiement à Djibouti, il est engagé, en 2011, sur alerte dans la bande sahélo-saharienne (BSS) en qualité d’équipier groupe action.

     

    « Il s’est particulièrement distingué en apportant un soutien sans faille à son chef, dans la préparation à l’engagement du groupe, lors d’un saut opérationnel à grande hauteur sur une zone d’opération tenue par des preneurs d’otages, tout cela dans des conditions difficiles et dans des délais extrêmement réduits », souligne le Sirpa Air.

     

    Grâce à ses qualités de combattant et son comportement toujours exemplaire, il est cité en exemple et reçoit la Croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze. Toujours en 2011, le jeune sous-officier s’est une nouvelle fois distingué en Afghanistan. Une fois, pris à partie par des insurgés au cours d’une mission d’infiltration en territoire hostile, il a pu appuyer efficacement le désengament « d’éléments amis ». Plus tard, il rispostera efficacement alors que son groupe est pris sous le feu des rebelles. Il sera toutefois blessé par des éclats de roquette. Son comportement, encore exemplaire, lui vaudra ’attribution de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent.

     

    Promu sergent-chef en juillet 2013, il avait rejoint le Mali depuis le 2 août dernier. Comme l’indiquait le communiqué du ministre de la Défense, il était « un spécialiste reconnu dans des domaines aussi variés que l’appui aérien, les transmissions opérationnelles et le saut à ouverture très grande hauteur ». D’après sa hiérarchie, il était aussi un « élément incontournable de son groupe » et un « camarade apprécié de tous ».

     

    Le sergent–chef Thomas Dupuy était titulaire de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent et étoile de bronze, de la médaille d’outre-mer agrafe Sahel et République de Côte d’Ivoire, de la médaille d’argent de la défense nationale et la médaille des blessés.

     


    votre commentaire
  • Personne ne parle de ces hommes, de ces femmes qui représentent l'âme de notre métier.

    Que ce soit par le sacrifice ultime ou par leur représentation aux yeux du monde, ne les laissons pas ainsi dans l'ombre.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique